Librairie en ligne

19,00

Fernand, un arc en ciel sous la lune

(1 avis client)

Fernand avançait lentement la tête baissée. Il poussait dans le soleil devant lui, l’ombre de sa longue silhouette filiforme et un peu voûtée. Le bitume noir de la route se déroulait sous ses yeux en une bande qui semblait ne pas vouloir en finir. Il malaxait roulée comme une serviette dans son coulant, entre ses gros doigts fripés sa casquette plate à carreaux écossais…

Martial Victorain a obtenu le prix du roman Claude Favre de Vaugelas en 2016 pour ce magnifique roman.

 

 

 

Nc 978.2.9552.1010.9 L' Astre Bleu Editions 16/03/2015 Prix du roman Claude Favre de Vaugelas en 2016 ,

L'autrice / l'auteur...

""Je suis un écrivain comme un marin raté qui, à force de boire les tasses de la vie, a fini par jeter l'encre""

Fernand avançait lentement la tête baissée. Il poussait dans le soleil devant lui, l’ombre de sa longue silhouette filiforme et un peu voûtée. Le bitume noir de la route se déroulait sous ses yeux en une bande qui semblait ne pas vouloir en finir. Il malaxait roulée comme une serviette dans son coulant, entre ses gros doigts fripés sa casquette plate à carreaux écossais. Il s’était habillé pour l’occasion de son costume gris clair, celui qu’il tenait toujours impeccablement repassé dans la penderie, protégé sous une cellophane anti-poussière. Par moments, il enfilait, machinal, un pouce dans la boucle d’une de ses bretelles et tirait par-dessus son épaule pour remonter son pantalon qui glissait. Il commençait à faire très chaud et il sentait la moiteur qui traversait sa chemise de tergal et venait coller à sa peau. On approchait onze heures et le soleil grimpait vite en cognant dur. Fréquemment, il s’essuyait le visage dans un mouchoir de tissu blanc qu’il tirait d’une poche de sa veste. Il se tenait un peu en arrière, à l’écart du cortège, n’était ni de la famille, ni même un proche, mais il avait l’habitude… Et si un de « ces couillons » ne venait pas lui tenir la jambe tout à l’heure en fin de cérémonie après la bénédiction du curé, alors il filerait vite en direction des terres sèches de Saugues : Le Plateau Des Cailloux. Il trouverait une petite table le long de la route pour se restaurer et il lui resterait suffisamment de temps encore pour se présenter en milieu de l’après-midi, comme il en avait été convenu. Pour l’heure, il avançait sans relever la tête, se guidant au seul bruit que faisait le troupeau traînant les pieds sur les graviers et le goudron devant lui. Il n’arrivait pas à se faire à l’idée que cette fois-ci c’était la bonne et qu’il ne pouvait plus y avoir de retour possible. La Salamandre, c’était bel et bien terminé. Il avait fait son baluchon comme on dit, emporté ce qui lui semblait essentiel sans pour autant se charger de trop. La voiture était boudinée du siège passager jusqu’au coffre qu’il avait eu du mal à refermer. Après avoir tout plié, tout entassé, il était allé s’asseoir sur le banc en pierre sous le tilleul devant la maison. Il y était resté un long moment silencieux, à méditer dans le vent frais de la nuit et à écouter une dernière fois les eaux capricieuses de la Limagnole, lascives, se frotter aux herbes hautes. Il était en avance, avait eu du mal à s’endormir et s’était réveillé encore plus tôt que d’ordinaire ce matin-là parce qu’il voulait prendre son temps, ne rien brusquer…

Poids 1 kg

1 avis pour Fernand, un arc en ciel sous la lune

  1. adminben

    moussk12 09 août 2022
    Cher Monsieur Fernand,
    Vous permettez que je vous appelle comme ça, n’est-ce pas ? Bien sûr que oui. Parce que vous êtes quelqu’un de bon. Un guérisseur, pensez-vous ! Avec un don pareil, vous ne voulez que le bien des gens, vous ne pouvez qu’être une belle personne.
    Et même que vous demandez l’aide aux arbres en les caressant, en les enlaçant, en puisant leur fluide et leur force. C’est ainsi que vos énergies se croisent.
    Et pourtant, vous en avez connu des médisants, colporteurs de ragots en tout genre… « Charlatan ! » qu’ils disaient. Moi, j’y ai jamais cru. Parce que d’abord, vous avez l’esprit ouvert alors que tant de personnes ont l’esprit étriqué, cloisonné, ignorant.
    Ensuite, parce qu’aux petits vieux de la maison de retraite le Perce-Neige, vous leur avez offert les étoiles du ciel et toutes ces lueurs dans leurs yeux alors qu’ils étaient tous avachis, flétris, grincheux et souvent impotents.
    Maintenant, ils sont tous devenus importants parce qu’ils l’étaient pour vous.
    Impotent, important, tu me fais dire des bêtises, tiens. Et voilà que je te tutoie Fernand, comme un ami que tu es devenu. Pourtant, tu en as fait de belles conneries. Enfin, conneries, si on peut dire. En tout cas, elles étaient toutes plus belles les unes que les autres, tu peux me croire.
    Et puis, ta Fantine, toujours à tes côtés malgré trente ans d’absence. C’est quand même beau l’amour. C’est douloureux aussi, je te l’accorde. Et ton petiot Jacques qui bat de ses propres ailes et s’éloigne vers de nouveaux horizons.
    Ah, sacré Fernand ! C’est ton père qui m’a fait te connaître. Martial, qu’il s’appelle. Dans une longue, longue lettre. Bon d’accord, il ne m’a pas écrit directement mais ici, je dis ce qu’il me plait ! Il m’a parlé de ta maison, la Salamandre et l’importance qu’elle avait pour toi. Je la vois se dorer au soleil, accueillante, embaumante.
    Et qu’est-ce qu’il écrit bien ton père ! Une belle plume comme on dit. Poétique à souhait, riche à foison, simple, tout en même temps.
    J’ai beaucoup de mal à te quitter Fernand, tu m’as émerveillée et toi et tes amis m’ont fait rire. Mais maintenant que je sais où tu te trouves, je te quitte avec regret mais sans tristesse.

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.