Fernand, un arc en ciel sous la lune

19,00

Fernand avançait lentement la tête baissée. Il poussait dans le soleil devant lui, l’ombre de sa longue silhouette filiforme et un peu voûtée. Le bitume noir de la route se déroulait sous ses yeux en une bande qui semblait ne pas vouloir en finir. Il malaxait roulée comme une serviette dans son coulant, entre ses gros doigts fripés sa casquette plate à carreaux écossais…

Martial Victorain a obtenu le prix du roman Claude Favre de Vaugelas en 2016 pour ce magnifique roman.

 

 

 

Le diable se cache dans les détails

18,00

Maître Jacques Faurier, ténor du barreau de Lyon, est un avocat plaidant, défenseur des nobles causes. Mais la robe ne fait pas le moine. Car Faurier est l’ami du pauvre et du riche…

Interview Bernard Massoubre sur Radio Judaïca Lyon :

Lilie Miracle

17,00

« Se réveiller dans la musique du chant des oiseaux et en ouvrant les yeux, embrasser les couleurs du monde ! À la première inspiration, patauger dans des odeurs de foin ! Entendre les battements de votre propre cœur palpiter dans la poitrine fantastique des aurores ! A chaque instant mordre la chair croustillante et délicieuse de l’existence ! Se désaltérer de son miel débordant ! Sucer la sève onctueuse et les sels de sa peau ! Lui appartenir ! Se sentir en elle ! Être elle !
Il n’y a de bonheur comparable à la naissance des jours…

Les amis de Louis

15,00

Au téléphone, Sophie est allée droit au but :  » Nous sommes brocanteurs, comme notre célèbre confrère de France 3 dont les aventures se tournent souvent tout près de chez nous. On adore la série, Louis est comme un ami. Mais dans la région, le seul à posséder ce que vous cherchez, c’est Alexandre Signamarchaix, mon époux. »…

La grande marche

15,00

« Corbairan sait que le Jaufre connaît, comme lui, les chemins de la montagne. Lui aussi a passé sa jeunesse à courir dans ce coin. Ils sont à armes égales, jeunes, rusés, aguerris. Son avantage est de connaître la destination et de savoir que Jaufre ne l’attaquera pas tant qu’il n’aura pas récupéré l’argent du père Lanta. Mais Jaufre n’a rien à perdre, c’est tout ou rien. »…

 

L’enfant qui arpentait ses rêves sur des patins de soie

13,00

Par un très vieux soir de guerre, le Toine voit son père descendre l’allée gelée des premiers grands froids de janvier. Il est mené par deux gendarmes et un autre homme vêtu d’un long manteau de cuir sombre. Il ne le reverra jamais. Dès lors, Le Toine est orphelin. Il grandira mais dans son esprit, il va rester petit…